Blog

Bon début de saison pour l’asperge française

Un début de saison 2021 plutôt favorable pour l’asperge française
L’asperge développe sa production dans la fraîcheur du printemps. Elle concentre son offre et augmente ses parts de marché auprès des consommateurs.
Le nombre de ménages français acheteurs d’asperge a augmenté de + 11 % en 2020. L’enjeu est de conserver cette dynamique. © AOP Asperges de France
Le nombre de ménages français acheteurs d’asperge a augmenté de + 11 % en 2020. L’enjeu est de conserver cette dynamique.

© AOP Asperges de France

L’asperge bénéficie d’un début de saison favorable même si les températures basses, jusqu’alors, ont limité les volumes pour certains bassins, notamment pour Pâques. Les gelées d’avril ont également freiné, voire stoppé la production sur plusieurs jours. « Les premières asperges sont arrivées dans les Landes fin février, quinze jours plus tard qu’en 2020, année très précoce. Mais contrairement à l’année passée où le lancement de campagne correspondait au premier confinement, la distribution et les consommateurs attendaient ce légume du printemps », explique Astrid Etèvenaux, directrice de l’AOP Asperges de France.

De nouveaux consommateurs à conserver

Malgré l’absence du débouché de la restauration, les cours sont soutenus. « En 2020, la grande distribution s’est mobilisée pour proposer l’asperge aux consommateurs français. Certains ont découvert ce légume », mentionne-t-elle. Et, les chiffres du panel Kantar le prouvent. Le nombre de ménages français acheteurs d’asperge a augmenté de + 11 % en 2020. Il est passé à 31 % alors que ce chiffre était stabilisé à 20 % depuis 2017. L’enjeu est de conserver cette dynamique en 2021 et cela semble être possible. La production française se développe dans différents bassins avec aussi une dynamique d’organisation.

En 2021, Planasa a rejoint Asperges de France et a confié la commercialisation de 700 tonnes produites sur 170 ha à son nouveau partenaire commercial Priméale. On note également un développement de la production d’asperge verte notamment dans le Sud-est de la France et dans le Maine-et-Loire. Asperges de France regroupe sept structures adhérentes réparties sur les bassins du Sud-ouest (Copadax, Maïsadour, Les Vignerons de Tutiac et Planasa), le Val de Loire (Fleuron d’Anjou) et le Sud-est (Cofruitd’Oc et Arterris). « Le prévisionnel des ventes pour la saison 2021 devrait dépasser les 6 000 t d’asperges avec une large dominante d’asperges blanches et violettes », prévoit la directrice. L’association représente 30 % de la production française estimée à 20 000 t, avec une part de représentativité croissante. Le marché français est estimé à 28 000 t d’asperges consommées par an. Ce qui laisse place à des importations, notamment d’asperges vertes espagnoles avec des prix très compétitifs par rapport aux coûts de production français.

A lire aussi : La production allemande d’asperges en décroissance

Toutefois, l’origine France et une part importante de vente d’asperge en circuit court donnent un avantage commercial à l’asperge française. L’analyse des promotions d’asperge dans la grande distribution, réalisée par Asperges de France, montre une très forte pénétration du produit français dans les linéaires. De nombreuses actions de communication « Asperges de France » sur les lieux de vente et les réseaux sociaux renforcent cette notoriété. En France, l’asperge est vendue sous différents conditionnements : le colis 4 kg, la botte de 1 kg ou 0,5 kg et le sachet plastique « flow pack » de 0,5 kg. Au 1er janvier 2022, la loi AGEC interdira l’usage des emballages plastiques pour des unités de vente inférieures à 1,5 kg. L’asperge sera concernée, mais une demande de report à 2025 est en cours. La filière asperge cherche des solutions.