Blog

Malgré la fraîcheur et le gel, les asperges du Loiret ont envie de sortir

Malgré la fraîcheur, malgré le gel, les asperges du Loiret ont envie de sortir !

À Mareau-aux-Prés, Sébastien Bourgoin commence tout juste à sortir les asperges de terre. © gaujard christelle

 

Le vent, puis les fortes gelées de ces derniers jours contraignent la récolte des asperges. Une toute petite quantité est déjà présente sur les étals et en bout de champ, notamment au nord de la Loire. Mais il va falloir attendre que les températures soient plus propices pour profiter vraiment de ce légume délicat.

Malgré les bâches, les asperges sortent à peine la tête du sol. Et le gel, s’il ne les a pas encore flétries, ne les incite pas à aller plus haut. « L’asperge, ça se cueille en short », résume ainsi Thierry Pommier, l’un des plus importants producteurs à Tigy. « On en a fait dix kilos à Pâques mais la saison ne débutera pas avant le 20 avril en Val de Loire. »

À Mareau-aux-Près, dans son Carré d’asperges, Sébastien Bourgoin tient le même discours : « On en a sorti quelques kilos la semaine dernière, mais le coup de gel de lundi matin a eu raison des nouvelles« , annonce-t-il, rappelant que les températures doivent atteindre les 15 ou 20°C la nuit et les 25°C la journée pour que l’asperge s’épanouisse vraiment.

« Les asperges blanches restent fragiles et ne sont pas vendables en cas de gel. Ce n’est pas grave, tempère Thierry Pommier. Contrairement aux arboriculteurs qui ont vu leur récolte fichue, nous pouvons attendre les jours suivants que ça pousse. »

Découvrez la culture de l’asperge, répandue dans le Loiret

Entre les billons, la machine avance, soulevant la bâche qui protège les plants avant de la replacer. Le producteur peut alors déterrer « le premier légume frais de saison » avec sa gouge pour ne pas l’abîmer, puis de la placer dans les paniers.
Le sol du Val de Loire, riche en alluvions et en silice, se réchauffe pourtant plus vite au printemps. Légères, les terres sablonneuses permettent aussi aux griffes de pousser rapidement et bien droit.

À Tigy, la pleine saison n’est pas encore lancée chez Thierry Pommier.

« Souvent, elles sortent d’abord dans les Landes, autre grande région de production, et même dans le Loir-et-Cher voisin », souligne Thierry Pommier, producteur converti en bio en 2017 qui, sur ses deux hectares consacrés à l’asperge, essaie de se diversifier avec l’asperge verte. « Ce sont deux légumes différents et il faut que les gens du coin s’y habituent. Les vertes fanent plus vite et se perdent donc plus facilement que les blanches, mais le public a commencé à y prendre goût, notamment pendant le confinement où ils étaient contents de sortir et de venir s’approvisionner directement chez les producteurs et avaient davantage de temps pour cuisiner. »

« Les asperges se sont réveillées

Au nord de la Loire, à Trainou, Matthieu Lesage a eu une bonne surprise dimanche. « On est allé voir dans l’après-midi car on avait peur des gelées annoncées le lundi matin et elles s’étaient réveillées?! Malgré la fraîcheur, malgré le gel, les asperges ont envie de sortir. Ce n’est pas encore la pleine production, on n’a pas encore atteint notre vitesse de croisière mais on produit 70 % d’une journée normale. »

Comme ces collègues du sud de la Loire, l’agriculteur vend sa production directement aux clients. « Et c’est très agréable d’être en contact direct avec la clientèle, même si, reconnaît-il, on se met un peu la pression face à la forte attente des consommateurs. »

Tous apprécient de travailler cette culture, « pleine de surprises mais fatigante. On marche beaucoup et on se lève tous les jours très tôt pour ramasser : dès 6?h?45 au début de la récolte, puis à 5?h?45 en pleine saison, avant de passer aux autres cultures l’après-midi… » Si l’asperge, composée à 92 % d’eau, est la meilleure alliée des régimes de printemps, l’agriculteur perd, lui, entre 8 et 10 kg, rien qu’à les cueillir.

La Foire aux asperges de Tigy est annulée

Comme en 2020, la Foire aux asperges de Tigy n’aura pas lieu les 15 et 16 mai 2021. « L’état de crise sanitaire étant prolongé jusqu’au 1er juin, le préfet a annulé toutes les manifestations », explique la présidente de la Société des fêtes et d’initiatives (SDFI) de Tigy. Cette importante fête, qui anime le village depuis 1953 et rayonne bien au-delà grâce à la vente d’asperges, mais aussi au spectacle du dimanche après-midi, est donc décalée en mai 2022